Lundi 23 octobre 2017

ulm

Altimètre

ulm

Anémomètre

ulm

Variomètre

ulm

Compas magnétique

ulm

Indicateur de virage

ulm

Radio VHF

ulm

Transpondeur

ulm

Système anticollision

ÉCOLE DE PILOTAGE


La formation du pilote de planeur est de qualité, et la progression peut être très rapide pour des pilotes jeunes et moins jeunes. Les instructeurs sont formés et agréés par la FÉDÉRATION FRANCAISE DE VOL À VOILE, reconnu d’utilité publique et rattaché au Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, ainsi qu’au ministère de l’Equipement et des Transports.

Chacun peut assez rapidement obtenir le brevet et découvrir le vol sur la campagne. Le vol d'initiation est un premier pas vers une formation de pilote de planeur, vous pourrez ensuite, si vous le souhaitez, choisir un forfait formation et débuter l'apprentissage du pilotage avec un instructeur.

planeur

Une élève pilote entourée du président et de son instructeur (à droite) devant le planeur biplace Bergfalke

Les débuts

Après un vol d'initiation et dès l'âge de 14 ans, la formation au brevet de pilote de planeur peut commencer, elle se déroule au printemps et en été sur une période de quelques semaines à quelques mois suivant l'assiduité de l'élève-pilote. A bord d'un biplace équipé en double-commandes, avec un instructeur qualifié (tous suivent régulièrement des stages de recyclage), l'élève se familiarise rapidement avec les instruments et les commandes et prend peu à peu le contrôle du planeur. La formation pratique met l'accent sur le pilotage (décollage, remorquage, virages, atterrissage...), le vol à voile (repérage et exploitation des ascendances) et les règles de sécurité. La progression de l'élève est suivie par l'instructeur grâce au livret de formation, qui recense les phases du vol abordées et maîtrisées par l'élève. La formation se termine par des exercices de tour de piste où l'élève apprend les procédures d'approche et d'atterrissage. À l'issue de sa formation de base, l'élève saura ainsi gérer toutes les phases du vol.

Le premier vol solo

Après une vingtaine d'heures de formation (variable selon les élèves), l'instructeur décide de lâcher son élève, c'est à dire de lui faire faire son premier vol solo. Pour être lâché, l'élève doit subir une visite médicale aéronautique chez un médecin agréé et être âgé de 15 ans minimum. Après quelques ultimes exercices de tour de piste probants par temps calme, souvent en fin d'après-midi, l'instructeur quitte le planeur et le laisse aux mains de son élève. Dernières recommandations, derniers conseils, émotion, appréhension, l'élève va s'envoler seul pour la première fois. L'instructeur et son élève resteront néanmoins en contact permanent par radio jusqu'à l'atterrissage. Moment clé et étape décisive dans la progression d'un pilote, ce premier vol solo restera à jamais gravé dans sa mémoire émotionnelle. Après son lâcher, l'élève volera régulièrement en solo sous la responsabilité de son instructeur pour augmenter ses heures de vol, parfaire son expérience et il sera lâché sur planeur monoplace pour acquérir plus d'assurance.

planeur

Le premier vol d'Éric, un événement important...

axes

Un examen théorique...

Afin de devenir Commandant de bord et voler sur des machines de plus en plus performantes, l'élève doit passer le Brevet de Pilote de Planeur. Accessible dès 16 ans, c'est l'aboutissement de la formation de début ; il se compose d'un examen théorique et d'un contrôle en vol avec un instructeur-examinateur. Parallelement à sa formation pratique, l'élève acquière un socle théorique sous forme de cours, soit dispensés par l'instructeur, soit puisés dans le Manuel du pilote vol à voile. Le bagage théorique très varié, comprend notamment des éléments de réglementation aérienne, de météorologie, de mécanique du vol et d'aérodynamique ; le niveau des domaines concernés est accessible à tous. La formation théorique est sanctionnée par l'examen écrit (type QCM) du Brevet de Pilote de Planeur.

et un examen pratique.

Peu après son lâcher, le nouveau pilote vole sur un planeur monoplace sur lequel il va faire au moins 10 vols en solo dont un vol de plus d'une heure. Ensuite il peut passer l'examen pratique en vol, dernière épreuve pour l'obtention du Brevet de Pilote de Planeur.

En résumé, pour obtenir le Brevet de Pilote de Planeur, il faut:

  • Etre âgé de 16 ans révolus.
  • Avoir réalisé un entraînement en vol comportant un minimum de 8 heures de vol d’instruction en double commande.
  • Avoir effectué comme pilote seul à bord : 2 heures de vol, dont un vol d’une durée d’une heure au moins.
  • Avoir effectué 20 atterrissages sur planeur dont 10 comme pilote seul à bord.
  • Avoir obtenu l'examen théorique de Pilote de Planeur.
  • Avoir passé avec succès un examen pratique en vol avec un instructeur-examinateur.

planeur

Planeur biplace-école : Bergfalke IV

cockpit

Tableau de bord d'un planeur moderne

Et ensuite ?

Après 50 heures en qualité de commandant de bord, l'autorisation d'emport de passager permet de faire découvrir le vol à voile à des amis ou de la famille. Le pilote breveté peut désormais progresser en volant sur des machines de plus en plus performantes. En vol local, le pilote exploite de mieux en mieux les ascendances, effectue des atterrissages précis, et s'entraîne à rester en vol le plus longtemps possible. Il peut alors commencer sa formation au vol sur la campagne qui lui permettra de couper le cordon et de réaliser des vols de distance, et éventuellement participer à des compétitions. La formation campagne prévoit des vols de distance dans un planeur biplace de performance, avec un instructeur qualifié spécifiquement. Au cours de quelques circuits avec son instructeur, l'élève apprend à gérer son vol et à se repérer dans des régions inconnues (3 vols au minimum sur 8 heures de vol).

Ensuite, il peut partir sur la campagne (s'éloigner du terrain) sous la responsabilité de l'instructeur et ainsi réaliser son premier circuit sous forme d'un aller-retour ou d'un triangle avec retour au point de départ. Après une vache simulée (atterrissage dans un champ ou sur un terrain extérieur) avec l'instructeur et en solo, le pilote peut savourer le plaisir du vol de distance, découvrir des régions inconnues, et parcourir des distances de plus en plus importantes : 300, puis 500 km et plus si la météo le permet ! À ce stade, il devient possible de participer à des compétitions, véritables courses aériennes sur des circuits imposés, qui sont organisées par les différents clubs et permettent de se mesurer à d'autres pilotes. Pourquoi pas le championnat de France des jeunes pilotes (moins de 25 ans), ou les championnats régionaux, nationaux, voire internationaux ?

Haut de page »